aucun commentaire pour l'instant

Retombées du Congrès Mondial pour le Mobile 2018

Le Congrès Mondial pour le Mobile 2018 – Le plus grand rassemblement des acteurs du mobile au monde avec plus de 107 000 participants à Barcelone le 1er mars dernier.
Les sujets d’actualité comprenaient la 5G, l’informatique de périphérie, l’intelligence artificielle (IA), l’Internet des objets (IoT), la vidéo améliorée et la Blockchain. Nous avons vu des drones et des robots qui opéraient via la réalité virtuelle. Le thème de l’événement était :  les objectifs d’un développement durable.
La GSMA a été la première organisation à adopter ces objectifs et à mesurer les progrès réalisés au cours des deux dernières années. Marcher dans le hall d’exposition était un rappel constant que des partenariats sont nécessaires pour réaliser ce pari à moindres coûts.

Dans le discours sur l’avenir de l’industrie, le président de la Banque mondiale, le Dr Jim Yong Kim, a partagé que le monde est à la croisée des chemins. Les aspirations continuent d’augmenter et les téléphones mobiles sont des accélérateurs d’aspirations. Avec la technologie et l’automatisation à la hausse, alors que nous accélérons l’accès aux larges bandes, nous devons nous assurer que les technologies créent de nouveaux marchés, de nouveaux emplois, de nouveaux moteurs de croissance économique, même dans les pays en voie de développement ou même pauvres. Il a noté deux scénarios potentiels :

  • Si les aspirations suscitent de la frustration, l’accès au haut débit pourrait favoriser une prise de conscience croissante des inégalités, des conflits, de la violence, de l’extrémisme et de la migration.
  • Nous repensons comment la connectivité, les mégadonnées et les nouvelles technologies peuvent créer de nouveaux moteurs de croissance économique et permettre des opportunités d’emploi, d’accès au capital et d’amélioration des conditions de vie des populations.

Kathy Calvin, Présidente de la Fondation des Nations Unies, a souligné dans son discours sur la création d’un meilleur avenir pour tous, que le plus grand défi auquel nous sommes confrontés est l’inégalité en tant que problème le plus pressant au monde. « Il va progresser grâce à la technologie. La prochaine série de changements devra être un bond en avant dans les améliorations ». Quarante-cinq pour cent de la population mondiale est actuellement connectée à un réseau 3G ou 4G. Mais aussi, environ 45% (3,5 milliards de personnes) sont connectées à des réseaux moins performants ou même non connectée du tout. Trois milliards et demi de personnes choisissent de ne pas se connecter à Internet en raison d’un manque d’accessibilité, de compétences numériques pour utiliser Internet ou de l’absence de contenu pertinent. Toutes ces questions ont été soulevées lors du symposium de la MasterCard Foundation sur l’inclusion financière 2017 à Accra. Bien qu’il existe des solutions rapides et crédibles à court terme, des changements plus profonds seront nécessaires pour éviter que la fracture numérique ne s’aggrave au cours de la prochaine décennie.

Facebook a partagé les idées de l’indice Internet inclusif 2018, démontrant que la connectivité mondiale a augmenté de 8,3% depuis son index l’année dernière. Certains faits saillants ne sont pas surprenants, comme la constatation que les pays à faible revenu ont connu les progrès les plus rapides et les plus importants, les services Internet mobiles sont de plus en plus vitaux pour ces populations et le coût des données mobiles à large bande diminue. Autre donnée intéressante, il y avait l’écart d’accès aux services en fonction du genre qui était de 80,2% dans les pays à faible revenu contre 3,7% dans les pays à revenu élevé.

Au cours de l’événement, la GSMA a annoncé un partenariat avec la Banque mondiale pour exploiter les solutions de l’Internet des objets (IoT) auprès des communautés et des pays qui sont  dans le besoin, lutter contre la pauvreté et renforcer le développement économique. « Avec l’IoT et le big data, nous avons la capacité de fournir des informations qui peuvent être utilisées dans un large éventail d’applications, de l’agriculture à la protection de l’environnement et même au-delà », a déclaré Mats Granryd, directeur général de la GSMA. Des exemples ont été fournis par la Banque mondiale pour tester la qualité de l’air avec des cuisinières qui tuent plus de 4,5 millions de personnes par an et qui modifient les modèles de trafic en Haïti pour le transport local. Robert Opp, directeur de l’innovation au Programme alimentaire mondial, a noté qu’il considérait l’intelligence artificielle et l’Internet des objets comme des facteurs de changement pour nos marchés.

Nous en sommes encore aux premières étapes de la démonstration de l’utilité de plusieurs de ces nouvelles technologies, et les préoccupations en matière de sécurité et de protection de la vie privée sont toujours en cours d’élaboration. Il va falloir des partenariats pour créer du changement et une concentration concertée pour développer des produits et services pertinents sur nos marchés qui créent cet effet de saute-mouton et stimulent la croissance économique en déplaçant les populations plutôt que les segments.

Poster un commentaire

.

Aller plus loin